Trucks & Tanks Magazine

Trucks & Tanks Magazine - Le magazine historique et technique des engins et véhicules militaires du XXe siècle

Trucks & Tanks hors-série n°31 : Russie vs OTAN. Etat des forces en présence

Trucks'n Tanks n°71

Précédent | Suivant

Trucks & Tanks n°71 : Hitler et les Panzerzoom

[ zoom ]

[ Ajouter au panier ]

Au sommaire du n°71

Disponible

8 € frais de port compris

+ Hitler et les Panzer

Génie militaire ou incapable notoire ?

C’est une litote que d’écrire qu’Hitler s’est largement impliqué dans le développement des matériels militaires allemands. Ainsi, il suit de près les études menées, entre autres, sur les Panzer, et n’hésite pas à intervenir avec une méthode que certains qualifieraient de « fait du prince ». Après-guerre, bien des généraux allemands critiqueront vertement cet interventionnisme qui aurait nui, selon eux, au bon fonctionnement de la Wehrmacht. Ainsi, le Führer est décrit comme un dilettante servi par une chance démoniaque au cours de ses succès, et un dément, narcissique et mégalomane. Ces jugements portés vont dans le sens de l’historiographie mise en place après 1945, bien battue en brèche ces dernières années, mais cachent une réalité bien plus complexe, notamment dans ses choix dans le domaine de l’armement. Alors, était-il un touche-à-tout éclairé aux intuitions géniales ou un incapable notoire, un simple perturbateur qui a accéléré la défaite des armées du III. Reich en se mêlant de sujets qu’il ne maitrisait pas ?

+ Zinoviy Grigorevich Kolobanov

À la poursuite de l’Étoile d’or

Bien que, à de multiples reprises, Zinoviy Grigorevich Kolobanov ait exprimé son amertume d’être un « héros oublié », car n’ayant jamais reçu la prestigieuse Étoile d’or de Héros de l’Union soviétique, il est indéniable qu’il est actuellement considéré comme étant un tankiste aux qualités exceptionnelles, un as parmi les as de la Seconde Guerre mondiale, dont le souvenir est entretenu par un véritable culte suite à son engagement du 20 août 1941 durant lequel il affronte victorieusement un adversaire supérieur en nombre.

+ Panzer VII Löwe

Quand le lion affronte la souris

Pour ne plus se laisser surprendre par les futurs chars soviétiques, les autorités allemandes édictent, fin 1941, le cahier des charges d’un schwere Panzer lourdement armé et protégé. Pour espérer vaincre à l’Est, Hitler veut définitivement prendre l’initiative dans le domaine des blindés afin d’assurer à la Panzerwaffe une supériorité absolue sur le champ de bataille.

+ Camionetta SPA-Viberti AS42 Saharian

Faite pour le désert

Aussi performante soient-elles, les automitrailleuses blindées AB 40 et 41 s’avèrent assez coûteuses, et leur autonomie, tout comme leur poids, ne les rendent pas assez efficaces pour opérer en Afrique en vue de contrer la menace représentée par le Long Range Desert Group, dont les attaques sur les arrières des forces de l’Axe constituent un épineux problème. Des 4x4 plus simples, et encore plus véloces sont alors réclamés par le Regio Esercito.

+ T-30 Heavy Tank

The monster

Inscrits dans les plans de production validés en 1940 par le président Roosevelt, les projets de chars lourds américains débutent en 1944. Jusqu’à présent, seuls les Heavy Tanks M6 étaient en chantier, mais sans grande conviction. L’arrivée sur le champ de bataille de blindés allemands de dernière génération, comme le Panzer VI Ausf. B Tiger II, inquiète, car cet engin surclasse nettement la version à canon de 76 mm du Medium Tank M4. Dans ces conditions, de nouvelles études sont entamées sur des engins bien mieux protégés et armés.

+ StuG.III Lanzacohetes

Un StuG. lance-roquettes

Après la fin de du Second Conflit mondial, l’Espagne franquiste est isolée sur la scène internationale. Sa participation mesurée à l’effort de guerre du III. Reich ne justifie pas la mise à bas de son régime, mais des sanctions diplomatiques et économiques sont prises par l’ONU dès 1946. Ce boycott s’étend évidemment aux ventes d’armes et les forces terrestres espagnoles se retrouvent dans l’obligation de faire avec les (maigres) moyens à leur disposition.

+ Marder I (Lorraine)

Puissant bricolage

L’efficace blindage des tanks moyens T-34 et lourds KV-1 soviétiques oblige les Panzerjäger-Abteilungen à déployer des armes antichars de plus en plus puissantes. Rapidement, le Pak 36/37 de 3,7cm puis le Pak 38 de 5cm, lorsqu’il utilise des munitions classiques, ne peuvent plus faire face à la menace. Seul le Pak 40 de 7,5cm est capable de venir à bout d’un T-34 à moyenne portée. Avec 1,425 tonne en batterie, cette pièce est toutefois lourde à manœuvrer pour ses servants. La solution la plus simple est alors de l’installer sur un châssis chenillé pour construire un chasseur de chars. De nombreuses plates-formes sont alors sélectionnées, dont un tracteur de ravitaillement français.

+ Les chars français de la Grande Guerre

Hommage

De 1917 à 1918, l’Artillerie spéciale (AS, ancêtre de l’Armée blindé française) déploie trois engins blindés : le Schneider C.A. 1, le tout premier cuirassé terrestre français (Trucks & Tanks N°51), le char d’assaut Saint Chamond, fruit d’une lutte intestine entre le secteur privé et l’administration militaire (analysé dans un article de fond dans le Trucks & Tanks N°48) et enfin le Renault FT, véritable précurseur avec sa tourelle (traité dans un article de synthèse sur l’AS dans le Trucks & Tanks N°42). Le 16 avril 1917, les premiers connaissent leur baptême du feu à Berry-au-Bac. Pour sa part, le Saint Chamond est engagé pour la première fois en mai 1917 sur l’Aisne. Enfin, le FT, surnommé à juste titre le « char de la victoire », est dévoilé le 31 mai 1918 à Ploisy-Chazelle pendant la seconde bataille de la Marne. C’est à ces machines, mais aussi à leurs courageux équipages, que cet album photos rend hommage.

+ 12,8cm Kanone 81

Inspiration soviétique

Des rôles différents sont attribués aux obusiers et aux canons lourds. Les obusiers ont pour fonction première le pilonnage des positions ennemies, travail qui nécessite des munitions puissantes et un déploiement en nombre, tandis que les canons sont plus particulièrement affectés à la contrebatterie – sorte de duel meurtrier avec l’artillerie adverse – et au harcèlement à longue distance, rôles où précision et grande portée sont indispensables. C’est le 26 janvier 1944, dans un rapport à distribution restreinte établi par l’OKH (Studie über Rustung 1944,Étude sur les besoins 1944), qu’il est officiellement fait mention d’un canon de campagne de 12,8 cm.

+ Actualité du monde militaire

- Les nouveaux chars ukrainiens
- L’Areg d’Arquus
- Le Centauro II
- Vojenské technické muzeum Lešany
- Recensions

Renseignements : Caraktère - 3120, route d'Avignon - 13090 Aix-en-Provence - Tél : 04 42 21 06 76
www.caraktere.com

Votre panier :

Nouveauté livres :

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com