Trucks & Tanks Magazine

Trucks & Tanks Magazine - Le magazine historique et technique des engins et véhicules militaires du XXe siècle

Trucks & Tanks hors-série n°29 : la FLAK

Trucks'n Tanks n°7

Précédent | Suivant

Trucks & Tanks n°7 : Le SD.KFZ. 251zoom

[ zoom ]

Au sommaire du n°7

EPUISÉ


+ Sd.Kfz. 251

Le « taxi » blindé de la Wehrmacht

Le Sd.Kfz. 251 est une machine indissociable du succès des Panzer-Divisionen. En effet, aussi puissants soient leurs chars, les Panzerschützen n’ont qu’une vision parcellaire du champ de bataille, surtout lorsqu’ils évoluent sur des terrains offrant de multiples couverts à l’ennemi ou en zone urbaine. Plus ou moins enfermés dans leurs machines, les équipages rencontrent parfois quelques difficultés à repérer les menaces qui guettent leurs engins. Pour que les blindés ne se transforment pas en « cibles faciles », les Panzer-Grenadiere les escortent et les protègent. Pour pouvoir progresser au même rythme que les chars et s’approcher au plus près de la ligne de front, les Allemands comptent sur leur Sd.Kfz. 251, véritable « taxi » blindé de la Wehrmacht.

+ KV-I

Le titan aux pieds d’argile

Si l’apparition des KV-1 sur le champ de bataille est une bien mauvaise surprise pour les Panzerschützen, il n’en reste pas moins vrai que leur fiabilité aléatoire et leur mobilité médiocre réduisent d’autant leur potentiel face aux blindés allemands. L’urgence de la situation ne permet évidemment pas de lancer l’étude d’un nouveau char. Les Soviétiques décident alors d’améliorer leur char lourd pour tenter d’en atténuer les défauts les plus criants. En parallèle, il s’avère nécessaire de simplifier sa fabrication pour permettre une production de masse. La progression des Panzer-Divisionen à travers le territoire russe prend toutefois de court les ingénieurs qui travaillent sur le KV-1. Tout en tentant de remettre à niveau leur char, ils doivent se préparer à évacuer les sites de fabrication désormais directement menacés par les Allemands !

+ Sherman « Flail»

Le fléau des mines

Si le char est le symbole même de la puissance des armées du XXe siècle, il n’en reste pas moins un engin vulnérable s’il est engagé de manière esseulée. Ses ennemis ne manquent effectivement pas. Outre ses congénères, il doit composer avec l’aviation tactique, les canons antichars, les équipes de fantassins spécialisés dans sa destruction « au contact », les « casseurs de chars » dotés de Bazookas et autre Panzerfäuste et … les mines. Pour un coût financier ridiculement bas, ces dernières peuvent en effet bloquer une offensive tout en causant un nombre élevé de pertes chez l’assaillant. La solution la plus simple est alors de faire précéder les unités blindées de démineurs. Simple, certes, mais risquée ! Conformément à l’adage militaire qui veut qu’un obstacle n’a de valeur que s’il est défendu, les champs de mines sont souvent battus par les feux de mitrailleuses et des snipers. Les Britanniques vont alors élaborer une gamme de véhicules spécialisés capables de neutraliser la menace représentée par les mines.

+ Panzerjäger I Ausf.B

Le premier « tueur de chars » du Reich

La campagne de Pologne est un indéniable succès pour la Wehrmacht et plus particulièrement pour sa composante blindée. Pourtant, il n’en reste pas moins vrai que les combats face à une Armée polonaise accrocheuse ont mis en lumière le manque de mobilité des unités de Panzerjäger ainsi que le déficit en puissance de feu des blindés allemands. Et l’on ne peut pas dire que la force mécanisée polonaise soit en 1939 la plus puissante d’Europe ! Des inquiétudes allemandes encore renforcées par la déclaration de guerre de la France. Le B1-bis est effectivement autrement plus dangereux que les chenillettes polonaises. Pour redonner du punch et offrir de la mobilité à leurs unités de « casseurs de chars », les autorités militaires allemandes envisagent de mettre en service un blindé capable de gonfler le potentiel antichar de la Wehrmacht.

+ La valse des chenillettes HOTCHKISS TT6

ou une vraie fausse bonne idée !

Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l’Armée française opère une véritable révolution doctrinale par rapport aux idées qui prévalaient en 1940. Désormais, ce n’est plus le char qui accompagne l’infanterie mais le contraire ! Pour assurer cette mission, les soldats doivent suivre les blindés au mieux et s’approcher au plus près de la ligne de front avec un maximum de sécurité. Les matériels alors en dotation sont essentiellement d’origine américaine, dans une moindre mesure anglaise, voire allemande car récupérés sur les stocks de la défunte Wehrmacht. Une « dépendance » qui déplaît aux autorités politiques et militaires. Il est vrai que la maintenance d’un parc aussi hétéroclite tient du casse-tête ! Commence alors une série d’appels d’offres pour mettre au point des Véhicules de Transport de Troupe ou VTT français. La situation financière du pays étant loin de favoriser l’émergence d’engins novateurs, il est sagement décidé de reprendre des châssis déjà existants.

+ Comparatif :

A41 Centurion Mk.5 "Ben Gurion" vs T-62A modèle 1972

Le samedi 6 octobre 1973, à 14 heures, au moment même où les unités égyptiennes partent à l’assaut, l’Armée syrienne fait tonner 690 canons sur le front du Golan. Cinquante minutes plus tard, des centaines de chars se ruent sur les lignes israéliennes. La guerre du Kippour et ses immenses combats de chars viennent de débuter. Pour vaincre leur ennemi, les divisions blindées syriennes alignent 500 T-62 alors considérés comme les chars les plus puissants du Moyen-Orient. En face, les Israéliens peuvent compter sur leur version modernisée du Centurion pour tenir tête aux troupes arabes.

Renseignements : Caraktère - 3120, route d'Avignon - 13090 Aix-en-Provence - Tél : 04 42 21 06 76
www.caraktere.com

Votre panier :

Nouveauté livres :

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com